Posté le 10/05/2019 - Un plan vélo en Seine-Saint-Denis


Le conseil départemental de Seine-Saint-Denis a décidé d’investir 150 millions d’euros dans un nouveau plan : celui d’adapter toutes les routes du département aux cyclistes d’ici 2024.

150 millions d’euros pour adapter 250 kilomètres de route

250 kilomètres des routes départementales de Seine-Saint-Denis sur 342 manquent encore d’aménagements pour les cyclistes. En effet, ces derniers ont autant le droit que les automobilistes de circuler en toute sécurité.

L’année 2024 est l’année des Jeux olympiques à Paris. D’ici cinq ans, le conseil départemental de Seine-Saint-Denis projette d’avoir adapté toutes ses routes aux déplacements à vélo. L’investissement sera de 150 millions d’euros, répartis sur cinq ans. Jeudi 18 avril 2019, une première autorisation de programme d’une hauteur de 50 millions d’euros a été votée par les élus.

En 2030, chaque personne résidant en Seine-Saint-Denis devrait avoir une gare ou une station à moins de deux kilomètres, ce qui représente huit minutes de trajet à vélo. C’est pourquoi les routes doivent être adaptées pour permettre à chacun de se déplacer à vélo.

Un objectif de 324 projets

De la signalétique aux marquages au sol, ce plan implique une liste de 324 projets à effectuer. Une liste qui contribuera, à terme, à l’adaptation des 250 kilomètres de route aux déplacements à vélo.

Une étude a donc été réalisée, portant sur les dangers que représentent ces routes actuellement. Le niveau de cyclabilité devrait suffire une fois que la chaussée sera adaptée partout aux déplacements à vélo d’un adulte peu expérimenté ou bien d’un collégien.

L’idée est notamment d’encourager la population à adopter ce moyen de transport écologique. Pour cela, il faudrait également la mise en place d’ateliers de réparation et d’auto-réparation ou encore de formations à la pratique du vélo.

Le département Seine-Saint-Denis devra donc collaborer avec les collectivités et les associations d’usagers. Chacun des acteurs de ce plan vélo représentera alors un “système vélo” : la pratique du vélo sera plus simple et plus répandue. Le projet constituera dans l’idéal un élément d’attractivité du département.

Selon Maxime Gadreau, de l’association Paris en Selle, la principale limite de la pratique du vélo en ville est la sécurité. Les pistes cyclables, par exemple, doivent pouvoir être empruntées même par des cyclistes débutants.

À terme, ce plan vélo devrait faire en sorte qu’il y ait moins de voitures sur les routes et plus de vélos en Seine-Saint-Denis. Ce moyen de transport n’offre que du bon : il est respectueux de l’environnement et économique.

882 fois - posté le 10/05/2019