Posté le 26/03/2021 - La peinture lumineuse : le futur du marquage au sol ?


Si jusqu’à présent la matérialisation de la signalétique se fait grâce à de la peinture réfléchissante, force est d’admettre qu’un pas vient d’être franchi en matière de sécurité grâce à une innovation : la peinture luminescente.

Pas d’alimentation électrique, fonctionnement en totale autonomie et renforcement de la sécurité des usagers : nous somme là face à une réelle innovation dans le domaine du marquage au sol.

Peinture photoluminescente : qu’est-ce que c’est ?

Le pigment vert qui la compose est extrait de minerais naturels. Il permet de rendre les tracés et les voies bien plus visibles durant la nuit.

Cette peinture se recharge grâce à la lumière du sol durant le jour, pour restituer cette photoluminescence la nuit. On obtient ainsi une signalétique lumineuse, sans nécessiter de raccordement à quelque réseau électrique.

Imaginez toutes les applications possibles. Toutes les zones potentiellement dangereuses la nuit pourraient en être équipées. Il s’agit là d’un moyen très efficace de faire chuter les accidents de la circulation ayant lieu durant la nuit.

Un moyen d’améliorer la sécurité des cyclistes et de tous les véhicules “mobilité douce“

Le secteur sur lequel cette peinture luminescente peut vraiment changer la donne, c’est celui des pistes cyclables.

Bien que matérialisés par le marquage au sol (en zone urbaine), ces espaces demeurent dangereux la nuit. L’éblouissement provoqué par les véhicules, le manque d’entretien des zones marquées et peintes sont autant de points potentiellement dangereux que cette peinture permet d’éliminer.

Certes, ce type de peinture est déjà présent sur le marché, mais il s’agissait jusque là d’un revêtement décoratif, sans réelle vocation à améliorer la sécurité. Et encore moins sur la route.

Dorénavant, la sécurité routière compte un outil supplémentaire pour assurer ses campagnes de diminution des accidents de la route.

Cette peinture photoluminescente finira-t-elle par remplacer le marquage au sol classique ?

En cette saison où les municipalités mettent en œuvre la réfaction de leurs tracés, force est de reconnaître que la plupart des chantiers de l’année seront réalisés sans cette innovation.

Comme souvent, les nouveautés ont du mal à s’imposer, surtout lorsqu’on considère le coût annuel de ces travaux. Y adjoindre un composant, certes plus efficace, mais également plus cher, va demander une certaine planification et priorisation des ouvrages. La généralisation n’est pas encore à l’ordre du jour.

Néanmoins, au vu des résultats obtenus en matière de prévention des risques dans les communes pilotes, il y a fort à parier que nous voyions fleurir des pistes cyclables et autres zones sensibles photoluminescentes dans les années à venir.

Reste à voir si la sécurité routière entend imposer l’utilisation de cette peinture sur tout le territoire français, et à quel rythme. Si l’utilisation venait à être imposé, il faudra certainement prévoir un fond d’aide afin de permettre aux communes les plus modestes de s’équiper de la sorte.

D’ici là, les communes où cette peinture a été implantée auront suffisamment de recul pour affirmer ou infirmer l’utilité et l’efficacité de cette innovation.

Affaire à suivre de près dans les mois à venir.

307 fois - posté le 26/03/2021