Posté le 27/11/2020 - Les passages piétons 3D : une certaine désillusion dans le renouvellement de la sécurité routière


Développés en Inde dans le courant de l’année 2016 et testés dans plusieurs pays du monde depuis, les passages piétons 3D ont pour but de faire ralentir les conducteurs avec une perspective surprenante. Quelles conclusions tirer aujourd’hui de ce marquage inédit, expérimenté en France depuis 2018 ? 

Une révolution testé dans le monde entier 

Avec le constat alarmant de nombreux accidents routiers sur des routes principales à travers le pays, le gouvernement indien a fait le pari unique en 2016 de miser sur l’illusion d’optique pour inviter les conducteurs à changer de comportement. En effet, avec des passages piétons à effets 3D, les automobilistes ont la rapide impression de foncer dans un bloc de béton bien réel, ce qui favorise une certaine décélération à des croisements clés. Inspirées par cette signalétique originale, l’Islande, l’Espagne, l’Angleterre, ou encore la France ont notamment testé ce marquage au sol tridimensionnel dans les années suivantes. Vous pourrez ainsi en apercevoir à l'angle des rues Pernety et Raymond-Losserand dans le 14ème arrondissement de Paris, mais aussi dans de plus petites agglomérations telles que Jugy en Saône-et-Loire, Cysoing dans le Nord, Locminé en Bretagne, etc. En tout, ce sont plusieurs dizaines de passages qui ont été transformés à travers l’hexagone à l’occasion de dérogations municipales détaillées pour cette phase de test. 

Quel impact sur la conduite des automobilistes ? 

Bien que les municipalités semblaient optimistes quant à la mise en place d’un passage piéton singulier favorisant la sécurité routière. Force est de constater, après quelques années, que ces installations n’ont pas réellement atteint l’objectif souhaité. En effet, la plupart des conducteurs surpris une première fois se sont rapidement habitués à cette illusion d’optique pour finalement ne plus en faire cas lors de leurs trajets. Outre un certain attrait touristique autour de ces passages piétons 3D, les différentes agglomérations qui les avaient mises en place dans l’année 2018 ne peuvent donc pas observer de baisses significatives de la vitesse aux abords de ces passages. 

Si des marquages au sol en trois dimensions ne semblent finalement pas convaincants pour la sécurité routière, il en ressort une réelle volonté d’action de la part des municipalités. Une évolution constante portée par des autorités qui n’hésitent pas à organiser des tests concrets pour trouver les solutions les plus efficientes, qui sauront limiter le risque d’accident routier à son maximum. 

1045 fois - posté le 27/11/2020