Posté le 30/09/2020 - Une voie dédiée au covoiturage en Isère


À partir du 30 septembre 2020, une partie de l’A48 proposera une voie réservée au covoiturage en cas d’embouteillages.  Une proposition innovante qui vise à réduire les problèmes d’engorgement à l’entrée de Grenoble. 

Une longue mise en place pour créer de nouvelles habitudes de conduite

Une portion d’autoroute de 8km dans le sens Lyon-Grenoble a été renommée VR2+, et s’est dotée de plusieurs panneaux de signalisation électronique pour réserver la voie en temps réel. Alors que quelques projets expérimentaux avaient vu le jour en France sur des distances plus courtes, c’est la première fois que le covoiturage pourra être favorisé en fonction des conditions réelles du trafic. 

Des nouveaux panneaux et une nouvelle signalétique ont dû être créés pour l’occasion. Après l’obtention des autorisations ministérielles et une légère modification du code de la route, le losange blanc sur fond noir a été validé pour débuter l’expérimentation d’une voie dédiée au covoiturage. Grâce à un logiciel mesurant la densité du trafic en temps réel, cette dernière peut s’ouvrir à tout moment et permettre aux covoitureurs, mais aussi aux taxis, aux véhicules d'intérêt général prioritaires, et aux dépanneurs de circuler plus facilement malgré les embouteillages. La vitesse sera, quant à elle, limitée à 50km/h sur toutes les voies jusqu’à reprise du trafic normal. 

Vers un système généralisé en France  ? 

Largement développées aux États-Unis, les voies réservées au covoiturage et véhicules autorisés tardent à s’implanter en France. Cette nouvelle expérimentation en Isère pourrait, toutefois, changer la donne et inviter de nombreux départements à des installations similaires dans les prochaines années. 

Avec un trafic régulé en temps réel, la durée des principaux embouteillages à l’entrée des villes serait grandement diminuée, favorisant ainsi les trajets dû à la migration pendulaire de ces agglomérations. Expérimenté ce 30 septembre entre la barrière de Voreppe et Saint-Egrève, les usagers devraient donc retrouver un certain confort dans leurs déplacements quotidiens. 

Mais au-delà d’un trafic plus fluide, la métropole de Grenoble souhaite avant tout promouvoir le covoiturage. Avec plus de 90 000 sièges proposés cet été dans le département sur le site Blablacar, la municipalité a, elle aussi, développé des applications et des systèmes de covoiturage pour inciter les grenoblois à se déplacer différemment. Elle a ainsi installé des bornes de “covoiturage spontané” où les passagers indiquent la destination visée, suite à quoi les conducteurs enregistrés sont informés des trajets en attente. 

Malgré le brusque arrêt de ces pratiques en début d’année, en raison de la pandémie mondiale, la volonté de privilégier des mobilités douces et moins impactantes pour l’environnement pousse les municipalités à innover, tout comme Grenoble dans les prochains jours, qui inspirera sans doute d’autres collectivités à investir dans les mêmes signalétiques rapidement.

877 fois - posté le 30/09/2020