Posté le 10/09/2020 - Baisser les yeux pour se rappeler aux règles de sécurité en vigueur


Alors que les règles sanitaires mises en place à la suite du déconfinement se sont durcies dans plusieurs villes, les municipalités développent de nouvelles signalétiques pour informer les usagers quant aux obligations de certaines rues. Un marquage qui s’est imposé dans cette crise pandémique et qui pousse les habitants à prendre de nouvelles habitudes.

Plusieurs villes de France misent sur le marquage au sol pour les zones à risque

La recrudescence de cas positifs à la COVID-19 a impliqué de nouvelles restrictions dans certaines rues les plus fréquentées de nos villes, afin d’éviter une propagation rapide et importante du virus. Mais si certaines ont opté pour des panneaux temporaires, d’autres misent sur le marquage au sol à l’aide de pochoirs. 

C’est le cas de Levallois-Perret, de Langueux, ou encore de Clermont-Ferrand, qui ont affiché une silhouette masquée sur le sol pour signifier aux usagers qu’ils s’engagent dans un espace où le port du masque est obligatoire, et doit couvrir aussi bien le nez que la bouche. Des centaines de marquages ont ainsi été mis en place dans les zones concernées à l’aide de peinture et de pochoirs. Si certains habitants restent perplexes quant à la pertinence du port du masque en extérieur, les municipalités ont toutes souhaité privilégier une certaine prévention, et faciliter l’information des usagers quant aux rues visées par ce nouvel arrêté.

Une signalétique plus facile d’accès 

Depuis le début de la pandémie, qu’il s’agisse du sens de circulation des piétons ou des clients dans un magasin, de la distanciation à respecter dans une file d’attente, ou encore des rues soumises au port du masque obligatoire, le marquage au sol a souvent été largement préféré aux pancartes d’affichages par les municipalités. 

En effet, alors que ces panneaux temporaires sont généralement plus imposantes, elles ne sont pas toujours lisibles par les passants. Le marquage au sol, quant à lui, est l’assurance de délivrer une information qui reste à la portée de tous. Les enfants, les personnes âgées, les piétons plus ou moins pressés, etc, tous peuvent être sûr d’accéder à l’information souhaitée lorsque le marquage au sol est effectué à des endroits clés. Il représente donc un communiqué clair qui s’adresse à tous les usagers concernés en toute simplicité, et favorise ainsi le respect des nouvelles règles sanitaires dans des lieux sensibles à la propagation du virus. 

Outre l’aspect pratique de sa communication assurément visible par tous, le marquage au sol résiste plus longtemps aux intempéries. À l’approche des saisons pluvieuses, il semble alors être la meilleure alternative pour une information continue. De plus, sa dégradation est moins aisée qu’un panneau vertical, et assure donc une communication durable aux municipalités ayant choisi ce mode de signalétique. 

Pour résumer, il semble que la signalétique de l’espace urbain évolue avec la pandémie que nous connaissons actuellement. Avec un développement important de marquages au sol, les usagers prennent doucement l’habitude de considérer cet espace parfois négligé comme une source d’information fiable et claire. Quant à la durée de ces restrictions, les prochains mois nous diront s’il s’agit d’installations pérennes ou temporaires.

653 fois - posté le 10/09/2020