Posté le 26/09/2019 - Les ralentisseurs et leur réglementation


Les ralentisseurs incitent les automobilistes à ralentir à certains endroits, afin de renforcer la sécurité de tous les usagers. En France, 30% des ralentisseurs sur la voie publique ne sont pas conformes à la réglementation. Pourtant, il y a bel et bien des conditions que chaque ralentisseur doit remplir pour respecter la loi et assurer la sécurité

Les normes pour placer un ralentisseur

Il existe trois types de ralentisseurs : ceux de type dos d’âne, ceux de type trapézoïdal, coussins et plateaux. Il n’y a pas de réglementation pour les coussins berlinois ou les plateaux. En revanche, les ralentisseurs de type dos d’âne ou trapézoïdal doivent respecter les règles suivantes, selon le décret n°94-447 du 27 mai 1994 :

  • Ils ne peuvent pas être seuls, ils doivent être combinés entre eux ou bien avec d’autres aménagements visant à limiter la vitesse.
  • Ils doivent se trouver au maximum à 150 mètres les uns des autres ou des autres aménagements.
  • Ils doivent se trouver uniquement dans des agglomérations, sur des aires de service ou de repos routières ou autoroutières, sur des chemins forestiers, sur des voiries dont la vitesse est ponctuellement limitée à 30 km/h ou encore dans des zones 30.
  • Ils ne peuvent pas être installés à moins de 200 mètres de l’entrée d’une agglomération ou d’une section sur laquelle la vitesse est limitée à 70 km/h.
  • Ils ne peuvent pas se trouver sur des Routes à Grande Circulation, sur des voies avec un trafic de poids lourds supérieur à 300 véhicules par jour et un trafic tout véhicule supérieur à 300 véhicules par jour, sur des lignes régulières de transports en commun ou encore sur des voies qui desservent des services de secours.

Les normes pour installer un ralentisseur

Les ralentisseurs de type dos d’âne et trapézoïdal sont aussi soumis à la norme Afnor NF P 98-300 de juin 1994. Sur les voies publiques, ils doivent remplir les conditions suivantes :

  • Ils doivent être placés perpendiculairement à la chaussée.
  • Ils ne doivent pas empêcher l’écoulement des eaux.
  • Ils doivent être visibles, de jour comme de nuit, grâce à des panneaux ou des dispositifs réfléchissants.
  • Ils ne peuvent pas être hauts de plus de 10 centimètres.
  • Ils doivent être conçus dans des matériaux durables, avec une adhérence qui correspond à la vitesse autorisée. 
  • Ceux de type dos d’âne doivent être longs de 4 mètres.
  • Ceux de type trapézoïdal doivent comprendre deux pentes entre 1 et 1,4 mètres et un plateau entre 2,50 et 4 mètres. La marge étant de 5%. 
     
1466 fois - posté le 26/09/2019