Posté le 22/08/2019 - Nouveau marquage au sol à Trébeurden : qu’en pensent les usagers ?


À Trozoul, à Trébeurden, le stationnement pose problème. Un nouveau marquage au sol a récemment été expérimenté.

Un marquage au sol s’inscrivant dans un projet de plus grande envergure

Le projet de Tresmeur-Port, à Trébeurden, étudie notamment la question du stationnement, qui nécessite une restructuration. Ce projet d’envergure pour la ville veut faire de Tresmeur-Port une véritable cité-jardin, impliquant alors de nombreux aménagements. Parmi ces derniers, le stationnement est un point clé. C’est pourquoi un nouveau marquage au sol a été mis en place. L’agence Trait Clair a envoyé Marion Roussel pour échanger avec les usagers du parking, les passants, les résidents et même les touristes. Qu’en pensent-ils ?

Selon Marion Roussel, “ce sont plutôt des gens qui connaissent Trébeurden depuis longtemps. Ils manifestent plutôt de la satisfaction. “Le mot-clé du projet, c’est la cohérence”, ajoute-t-elle. Ils étaient une vingtaine à venir témoigner auprès d’elle. Par exemple, Isabelle Lestang confie que, quand elle était enfant, elle et sa famille descendaient à Tresmeur à pieds. Aujourd’hui, estivante depuis 20 ans, elle prend sa voiture pour s’y rendre. Mais elle utilise aussi le parking à bateaux. Selon elle, il faudrait le “sectoriser”. D’autres, en revanche, proposent de mettre en place des places spéciales dédiées aux voitures avec des remorques.

Qu’en pensent les citoyens ?

“Pour fluidifier les flux de voitures, il faut rendre visible l’offre de stationnement, précise Marion Roussel. Mais les automobilistes, que pensent-ils de ce nouveau marquage au sol ? Marie-Laure Lannou donne son avis : “On trouve ça très bien. Avant les gens se garaient n’importe comment”. Son mari commente également : “Le parking est sur le chemin, on le trouve facilement”. Un couple qui semble conquis.

Pour Raymond Guépratte, des Yvelines, “c’est une aide au stationnement. Véronique Sanson, de Toulon, se réjouit de ce nouveau marquage au sol : “C’est top ! C’est clair, on comprend”. Puis elle ajoute : “Ce que je trouve bien, c’est que ce n’est pas du bitume. Il faut laisser respirer la terre. En effet, le bitume s’étale de plus en plus aujourd’hui, trouver une alternative à cela permet de préserver un peu la nature au sein d’une ville.

La largeur des places ne semble cependant pas convaincre tout le monde. Pour certains, elle est insuffisante, et pour d’autres, elle est au contraire parfaitement adaptée. Des passants soulignent l’atout de la localisation du parking, qui se trouve à proximité de deux plages.

"L’idée est qu’on produise un plan guide fin 2019, en vue de la remise d’une feuille de route en 2020”, conclut Marion Roussel.

983 fois - posté le 22/08/2019