Posté le 08/08/2019 - Renforcement des dispositifs de sécurité à partir de 2022


La sécurité routière fait partie des éléments importants de politique publique. Afin de rendre la route plus sûre, plusieurs dispositifs routiers sont mis en place. En plus de ces différentes installations, les constructeurs automobiles vont également devoir équiper leurs véhicules de nouvelles technologies de sécurité.

30 dispositifs de sécurité

Afin de lutter contre la mortalité routière, les pouvoir publics ont décidé de prendre d’importantes mesures. Ainsi, si la sécurité est renforcée par les différentes installations routières, il est nécessaire que les constructeurs participent également à ce mouvement. A l’horizon 2022, les constructeurs devront donc installer plusieurs dispositifs de sécurité pour améliorer la protection des différents véhicules sur la route. La Commission Européenne a donc dressé une liste de 30 dispositifs de sécurité qui devront être obligatoirement présents dans tous les nouveaux véhicules à partir de 2022 :

  • Systèmes de sécurité active et passive
  • Détection de somnolence au volant
  • Freinage d’urgence
  • Assistance au maintien de voie
  • Surveillance de pression des pneus
  • Détection des usagers vulnérables

Dans cette liste, un équipement fait particulièrement débat : enregistreur de données en cas d’évènement (accident). Ce système fonctionnerait à l’image d’une boîte noire afin d’enregistrer la vitesse, le freinage ou encore la position du véhicule lors de l’incident. Cependant, la question de l’utilisation de ces informations pose problème et inquiète les conducteurs. La secrétaire générale de la Ligue de Défense des Conducteurs s’est notamment exprimée : “Une fois ces dispositifs installés dans le véhicule, qu’est-ce qui empêchera les autorités de contrôler les données du conducteur en temps réel ou a posteriori, avec pour conséquence de surveiller le conducteur en permanence pour le sanctionner de toutes les infractions existantes ?”.

Des mesures appliquées à tous

Cette liste de mesures s’appliquera donc à partir de 2022 et concernera l’ensemble des véhicules : voitures, poids-lourds, autocars. Pour ce qui est des véhicules déjà commercialisés, les propriétaires devront les remettre à niveau à leurs frais. Grâce à ce dispositif particulièrement contraignant, la Commission Européenne estime à environ 7 300 le nombre de vies entre 2020 et 2030.

Après les nombreuses mesures du gouvernement (marquages au sol, radars, limitation à 80km/h…), c’est donc la Commission Européenne qui vient ajouter de nouvelles restrictions afin de sécuriser au maximum la route. Cependant, le poids de ces mesures pourrait représenter un budget particulièrement pour les propriétaires de voiture qui seraient obligés de se mettre en conformité. Pour ce qui est des véhicules neufs, même si la Commission Européenne affirme que ces mesures n’auront pas d’impact sur le prix des véhicules, il reste probable que les constructeurs ne voient pas cela d’un très bon oeil.

448 fois - posté le 08/08/2019