Posté le 19/04/2019 - Les routes sont-elles encore conformes et adaptées à tous les véhicules ?


Comment sont les routes aujourd’hui ? Sont-elles conformes ? Sont-elles adaptées aux nouveaux véhicules autonomes ? Une étude a été réalisée auprès des collectivités concernant leurs équipements routiers.

Un sondage a été réalisé auprès de communes et de départements, par l’Ifop et pour le SER (Syndicat des équipements de la route). Il révèle notamment que les personnes interrogées reconnaissent l’importance d’entretenir le parc routier pour qu’il reste en bon état. Cela permettrait de limiter l’insécurité et de réduire le nombre d’accidents, surtout la nuit ou par temps de pluie où le danger est plus important.

Des équipements routiers à adapter

Tout d’abord, les collectivités semblent ne pas avoir suffisamment d’outils de gestion adaptés. Elles souhaiteraient donc avoir plus d’informations concernant les équipements, profiter d’un partage d’expériences et bénéficier d’une formation à la gestion du patrimoine routier.

4 panneaux de signalisation sur 10 ne conviennent plus, selon la réglementation. Ils datent en moyenne de 17 ans, alors qu’ils ne sont pas censés dépasser les 12 ans d’utilisation. De plus, environ 50% des routes n’auraient même pas de marquage au sol.

Près de 7 collectivités sur 10, soit 68%, estiment que leurs équipements routiers ne sont pas adaptés aux voitures autonomes. Dans l’idéal, il faudrait les faire évoluer et les rendre plus performants afin de pouvoir accueillir tous types de véhicule.

Que font les collectivités ?

Le budget consacré à l’entretien du parc routier est plutôt faible. La moitié des mairies ont un budget inférieur à 4% de leur budget route global. Aucun audit n’est fait régulièrement pour vérifier l’état des équipements routiers. Comme les trois quarts des départements, la moitié des communes seulement ont réalisé un inventaire au cours des deux dernières années. Les rares audits qui sont effectués mènent généralement à une remise en conformité.

Cependant, le renouvellement des équipements peut parfois faire partie du budget dédié à l’entretien des chaussées, voire au budget général de fonctionnement. Mais généralement, le budget alloué à certains équipements est faible, notamment celui des protections acoustiques ou de la signalisation verticale.

En conclusion, il y a encore du travail à faire sur les routes ! À l’heure où les véhicules se diversifient et deviennent de plus en plus performants, où les technologies se développent et où le réseau routier se complexifie, les collectivités doivent se mettre au goût du jour et adapter leurs équipements routiers à tous et selon la réglementation.

611 fois - posté le 19/04/2019