Posté le 13/11/2018 - Un marquage au sol phosphorescent testé sur une route pour la première fois en France


En ce début de semaine, les structures Eiffage Route et Olikrom, dont l'activité de cette dernière est tournée autour de la fabrication de pigment intelligent, ont révélé le fruit de leur collaboration : celles-ci ont mis au point un marquage au sol phosphorescent, qu'elles ont appliqué sur une piste cyclable. Le principe est simple : au cours de la journée, la lumière est absorbée par la route, qui la diffuse ensuite à la tombée de la nuit. Après de longues recherches, ce projet est désormais en phase test et a pour but d'améliorer la sécurité sur les routes sans visibilité, mais également assurer un meilleur confort aux automobilistes. 

De la peinture phosphorescente sur les routes

Eiffage Route et Olikrom ont fait preuve d'ingéniosité au cours de leur dernier projet : lundi 12 novembre dernier, ils mettaient en avant le marquage au sol phosphorescent qu'ils ont conçu à partir d'une peinture appelée "Lumikrom vision +". Celle-ci permet d'éclairer la chaussée la nuit, à partir de la lumière emmagasinée le jour : si cette innovation représente un véritable pas en avant, elle n'est cependant qu'en phase test sur la bande centrale d'une piste cyclable à Pessac, en Gironde, sur une longueur de 2 km. 

Ce travail est le résultat de deux années de recherche : « Le principe de phosphorescence, auquel nous faisons appel, n’est pas neuf. C’est le même que celui qui permet d’éclairer dans le noir les aiguilles des réveils ou des montres. Pour utiliser un tel procédé sur une voirie, il y a des contraintes spécifiques que nous avons dû maîtriser dans l’ensemble de l’élaboration du mélange, jusqu’au choix des pigments de la peinture », explique le PDG d'Olikrom. 

Une meilleure visibilité de la voie

L'utilisation de cette peinture phosphorescente sur la chaussée permettrait d'apporter une meilleure visibilité aux automobilistes : « En moyenne, la visibilité sur une route varie entre 50 m et 100 m. Avec ce nouveau marquage au sol, nous gagnons entre 50 et 100 m de visibilité supplémentaire », d'après le directeur recherche et innovation Eiffage Infrastructures. Ce dispositif servirait notamment sur les routes mal éclairées : « en montagne, pour les bretelles d’autoroutes, ou encore pour améliorer le parcours des voitures autonomes. » Mais dans l'immédiat, les deux enseignes auraient d'autres projets : « Pour le moment, nous visons les chantiers où la certification n’est pas nécessaire. Nous agrandirons ensuite notre périmètre une fois que nous l’aurons obtenue, ce que nous espérons d’ici un an. »

1056 fois - posté le 13/11/2018